Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

Rejet de l'autorité

Qu’est-ce que le rejet de l’autorité

Renaud est employé au sein du service comptabilité d’une grande entreprise. Il n’aime pas avoir une personne sur le dos qui lui donne des ordres. Ce qui engendre des tensions avec son supérieur hiérarchique. Cette situation est désagréable pour Renaud et il souhaiterait s’en libérer.

 

Ici, le rejet de l’autorité est défini comme l’incapacité à vivre dans un cadre défini par une autorité extérieure.

 

D’où vient ce rejet de l’autorité ?

Une boucle mentale créée par l’inconscient

Lorsque Renaud était enfant, ses parents étaient stricts. Ils avaient tendance à réprimer les comportements qui n’étaient pas jugés bons :

  • Le fait d’être agité.
  • L’expression des émotions intenses comme la colère, de la tristesse …
  • Le fait d’être bruyant

Pour l’inconscient de Renaud à cet âge, l’autorité extérieure réprime son être. Afin d’éviter de ressentir à nouveau cette sensation de répression et  vivre librement, l’inconscient cherchera à éviter toute autorité.

 

Pour vivre la liberté, l’inconscient de Renaud a mis en place la stratégie suivante :

  • Si j’évite l’autorité à l’origine de l’émotion de répression et je pourrais vivre librement

 

Le déroulement de cette stratégie se déroule de la manière suivante :

  • L’inconscient scanne la réalité pour identifier les différentes autorités à l’extérieur
  • L’inconscient apporte au conscient toutes les formes d’autorité perçues
  • Le conscient cherche à les éviter l’autorité pour vivre librement

 

Cette stratégie ne fait que renforcer la perception de l’autorité et la stratégie d’évitement de l’autorité. Ce qui engendre une boucle mentale et génère un enfer-me-ment.

 

Renaud prend conscience qu’à vouloir éviter l’autorité, fait qu’il filtre la réalité et fait ressortir l’autorité qu’il veut éviter. Ce qui a pour conséquence de le faire aller vers ce qu’il ne veut pas. Renaud réalise qu’il s’enferme tout seul avec cette stratégie d’évitement.

 

 

Une perception négative de l’autorité

Avant 7 ans, notre cerveau est immature et il est impossible de percevoir la complexité. L’enfant perçoit la réalité de manière simplifiée et les stratégies qu’il met en place sont du type binaire :

  • Bon/mauvais
  • Blanc/noir

Pour imager cette perception limitée de l’enfant, imaginons qu’une personne tue quelqu’un avec un couteau.

L’immaturité du cerveau l’enfant donnera comme résultat :

  • Le couteau fait mal
  • Je supprime tous les couteaux du monde pour éviter le mal

Or, ce n’est pas le couteau qui est responsable de la mort, mais l’usage du couteau !

 

Il en est de même avec l’autorité. Ce n’est pas l’autorité qui a réprimé Renaud, mais un certain usage de l’autorité. Or pour l’inconscient de l’enfant, c’est l’autorité qui est responsable et il va chercher à éviter toute autorité. Il n’a pas les moyens de percevoir la complexité de l’usage de la complexité.

Dans cette vision infantile, l’autorité est perçue comme un pouvoir de répression engendrant une émotion désagréable.

 

Renaud prend conscience que sa vision de l’autorité est basée sur le rejet de comportement de répression de ses parents. Il réalise qu’il ne voit l’autorité que sous l’angle négatif de la répression. Ce qui engendre chez lui des réactions.

 

 

L’autorité parentale : une base de référence … défaillante

L’autorité est une référence sur laquelle je peux m’appuyer. Par exemple :

  • Le mécanicien fait référence en mécanique pour entretenir ma voiture.
  • L’électricien fait référence en électricité pour

 

Pour un enfant, les parents représentent une figure d’autorité. C’est-à-dire qu’ils sont “LA Référence” pour l’enfant, car il ne connait pas les subtilités du monde qui l’entoure :

  • La langue
  • Les codes sociétaux

 

Au même titre que le mécanicien et l’électricien, l’enfant se repose sur ses parents pour comprendre le monde. Les parents sont des êtres humains qui ont leur histoire de vie et leurs schémas inconscients de survie. Ils ont leurs limites et ont parfois des difficultés à vivre certaines émotions. Raison pour laquelle, les parents peuvent réprimer un comportement.

Cette référence que les parents représentent pour l’enfant peut être défaillante, dans le sens où ils imposent à l’enfant de porter des émotions qui ne lui appartiennent pas.

L’inconscient de l’enfant cherche à éviter cette expression de l’autorité, celle qui fait porter à l’enfant ce qui ne lui appartient pas. La stratégie d’évitement de l’inconscient va réduire l’autorité à l’expression de l’autorité qui vise à faire porter ce qui ne lui appartient pas.

 

Renaud prend conscience que l’inconscient perçoit l’autorité de manière négative et il comprend que c’est le fait qu’une autorité fasse porter à l’enfant ce qui ne lui appartient pas. Il comprend que sa vision de l’autorité est tronquée. Et toute forme d’autorité sera perçue comme une tentative de me faire porter ce qui ne m’appartient pas. Ce qui engendra un rejet.

 

 

Pourquoi rejeter l’autorité est un enfermement ?

L’incapacité de diriger sa vie

L’autorité est une base de référence que j’utilise pour mes choix de vie. Être dans mon autorité, me permet :

  • D’exprimer mes goûts (sans chercher à convaincre)
  • D’affirmer son point de vue (sans chercher à l’imposer)
  • De poser ses limites (sans aller chez l’autre)

 

Si je rejette l’autorité, je rejette aussi la mienne. Ce qui va engendrer une incapacité à faire mes propres choix. À diriger ma je comme je l’entends.

 

Renaud prendre conscience que le fait de rejeter l’autorité, fait qu’il rejette l’autorité extérieure ET intérieure. Ce qui a pour effet de rendre impossible l’établissement de sa propre base de référence, qu’est son autorité. Renaud voit que rejeter l’autorité c’est rejeter sa capacité à vivre sa vie !

 

 

La soumission à une autorité extérieure

Comme nous venons de le voir, le fait de rejeter l’autorité m’empêche d’avoir ma propre autorité et décider de ma vie. Or pour vivre, choisir, décider, je dois m’appuyer sur une référence. Et comme je n’ai pas ma propre référence, je dois m’appuyer sur un cadre existant, sur une autorité extérieure.

Le fait de rejeter l’autorité, fait que je suis contraint de vivre sous une autorité extérieure !

 

Renaud réalise que le fait de rejeter l’autorité, l’empêche non seulement d’avoir accès à sa propre autorité, mais en plus, cela le soumet à une autorité extérieure. Chose qu’il voulait éviter à l’origine. Il souhaite maintenant savoir comment se libérer de cet enfer-me-ment.

 

 

Comment se libérer du rejet de l’autorité

Prendre conscience que le rejet de l’autorité est un enfer-me-ment

Le rejet de l’autorité n’engendre qu’une situation où je me trouve soumis à une autorité extérieure. Par conséquent, je dois m’appuyer sur ma propre autorité pour vivre librement. C’est-à-dire que je dois composer ma propre base de référence, en me basant sur mon expérience de vie.

À titre d’exemple, si je goûte la glace pêche de vigne, je serai si j’aime ça ou non. Il en est de même pour toutes mes expériences. Je peux établir une base de référence affiner celle-ci au fur et à mesure de mes expériences.

 

Renaud comprend qu’il doit établir son propre système de référence, en se basant sur l’appréciation de ses expériences. Il établit ce qui est juste pour lui ou non, en étant en contact avec ses ressentis.

 

 

Assumer son autorité

Lorsque je m’appuie sur ma référence d’autorité, ceci signifie que je vais devoir faire face à des personnes ayant des goûts différents des miens. Et ces derniers vont vouloir m’expliquer que mes goûts sont mauvais et que les leurs sont bons !

Pour m’expliquer mon “erreur”, ses personnes vont s’appuyer sur une “référence” qui sera prétendu être “LA Référence”. C’est-à-dire qu’ils seront eux même sous une autre autorité. Et qu’ils vont chercher à me faire sortir de mon identité, mon unicité,  pour m’emmener vers “LA Référence universelle” qui nie l’identité.

Cette “référence universelle” est pour eux une protection qui leur permet d’être en lien avec les autres, même s’ils ne sont pas en lien avec eux. C’est la meilleure solution qu’ils ont trouvé pour le moment pour vivre la relation.

Donc, assumer son autorité, ses assumer le fait que ceux qui ne sont pas dans leur autorité vont vouloir m’en faire sortir. C’est assumer que le fait d’être dans mon autorité pourra être très inconfortable pour certaines personnes. (Pour aller plus loin, vous êtes libre de lire l’article Pourquoi être critiqué est positif ?)

 

Renaud voit que le fait d’être dans son autorité apporte à la fois la liberté et que cette dernière peut aussi engendrer des réactions chez certaines personnes. Il comprend qu’il ne pourra pas être libre et en même temps être aimé par tout le monde. Et qu’assumer son autorité ne sera pas toujours confortable.

 

 

L’autorité est la capacité de choisir le cadre qui me convient et d’en assumer les conséquences.

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !