Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

Critique

 

Que signifie “être critiqué”

Hugo est graphiste dans une agence publicitaire. Ses réalisations sont souvent critiquées. Hugo qui aspire à vivre en harmonie souffre de cette situation. Il souhaiterait ne plus subir la critique.

 

La critique définit ici comme une dévalorisation d’un comportement, d’une de nos réalisations …

 

 

D’où vient la souffrance face à la critique

Lorsqu’Hugo était enfant, ses parents souhaitaient ce qu’il y a de mieux pour lui. Ils lui ont appris “ce qui se fait” et “ce qui ne se fait pas”. Afin qu’Hugo puisse s’adapter au mieux au monde. Et ainsi avoir le plus de liberté possible. Cependant, si Hugo faisait quelque chose qui n’était pas dans la “bonne référence”, il était réprimandé par ses parents. Son inconscient a enregistré qu’il fallait correspondre à la référence de l’autorité extérieure pour avoir l’amour et survivre (Voir l’expérience de Frédéric II). L’inconscient a enregistré que LA Vérité, LA Valeur vient de l’autorité extérieure.

 

Comme nous pouvons le voir avec l’histoire d’Hugo, la critique est associée par l’inconscient à une rupture de lien avec ses parents. Ce qui est synonyme de mort pour un enfant totalement dépendant de ses parents (Aussi bien sur le plan affectif que sur le plan de la sécurité matériel). Cette peur de mourir engendre une stratégie inconsciente d’évitement de la critique. La critique est en réalité un élément déclencheur. Il s’agit d’une stratégie qui vise à éviter l’émotion engendrée par la critique. Cette émotion étant perçue comme dangereuse, l’inconscient fera donc tout pour fuir ou changer la situation.

 

La souffrance vient de l’incapacité à fuir ou changer une situation de critique qui engendre une émotion perçue comme dangereuse.

 

Hugo prend conscience qu’il cherche à fuir l’émotion associée à la critique. En même temps, il comprend qu’il ne souhaite pas quitter son emploi pour des raisons de sécurité financière. Il voit que d’un côté il cherche à fuir et que d’un autre côté, il souhaite rester là où il est. La peur de l’insécurité financière est plus forte que l’inconfort de la critique. Il réalise que sa souffrance vient de son incapacité à fuir cette situation de critique et en même temps rester dans cette situation.

 

 

Pourquoi je subis la critique

L’inconscient d’Hugo a enregistré, lorsqu’il était enfant, que ce qui était “Vrai”, “Juste”, “Bon”… venait d’une référence extérieure. La stratégie qui en découle est de correspondre à l’autorité extérieure et pour être en harmonie avec cette référence.

Subir la critique est une stratégie inconsciente visant à être en lien avec une référence pour  vivre l’harmonie

 

Hugo s’aperçoit qu’il cherchait à répondre aux attentes des personnes qui critiquaient pour vivre l’harmonie. Il ne se rendait pas compte qu’il était comme un hamster qui court dans la roue. Car, il y a toujours des personnes qui n’aimeront pas qui ce qu’il fait. Sa volonté inconsciente de correspondre à tout le monde pour vivre l’harmonie engendre au contraire la disharmonie.

 

 

D’où vient la tension intérieure face à la critique

Comme nous venons de le voir, il y a un schéma inconscient qui souhaite correspondre à une référence extérieure pour vivre l’harmonie. J’appelle ce schéma inconscient un enfant protecteur (Pour aller plus loin, lire l’article En quoi le juge intérieur est un enfant protecteur). Ce schéma inconscient est basé sur la survie, c’est-à-dire qu’il est focalisé sur ce qu’il veut éviter : la disharmonie.

 

En même temps, il y a l’enfant spontané en Hugo, son être, qui a envie de s’exprimer. Cet être a été réprimé par ses parents et certaines parties ont été interdites d’expression.

 

L’interdiction d’un comportement de l’être par un enfant protecteur engendre deux forces en oppositions :

  • L’expression de l’être
  • L’interdiction inconsciente de son expression par la référence d’autorité extérieure, pour vivre l’harmonie

 

L’interdiction inconsciente est comme le couvercle d’une “cocote minute”. L’être qui souhaite s’exprimer engendre une pression sur ce couvercle.

 

La tension vient de l’être qui a un besoin criant de s’exprimer !

 

Hugo réalise que la tension qu’il ressent face à la critique est l’expression de son être qui pousse. Il voit que les “codes” de la bienséance et de la bien-pensance l’empêchent d’exprimer ce qu’il est vraiment. Hugo comprend qu’il est toujours en train d’exprimer ce que les autres veulent qu’il soit. Et cette façon de faire engendre plus de mal-être que de bien-être !

 

 

Pourquoi être critiqué est positif

Permets de reconnaître son unicité

Hugo est pris par la critique, car pour son inconscient, la valeur est définie par une autorité extérieure.

Pour le dire plus simplement, c’est une autre personne que lui qui peut lui dire s’il aime le chocolat ou non. Or, personne d’autre que lui ne peut savoir ce qu’il ressent quand il goute le chocolat. Ce qui signifie que personne d’autre que lui ne peut savoir ce qui agréable et juste pour lui.

Si je suis critiqué, cela signifie que ce j’aime est différent de la personne qui me critique.

La critique est un indicateur de ce que je suis !

 

Hugo prend conscience qu’il voulait être comme tout le monde pour être heureux. Il réalise qu’à vouloir être comme tout le monde, il est les autres ! Ce qui l’empêche de vivre, mais lui permet seulement d’exister à travers une référence extérieure.

 

 

Permets d’avoir une identité claire

Si je suis “aimé par tout le monde”, c’est que je corresponds à la référence commune. Or, même le chocolat n’est pas aimé par tout le monde ! Il a un goût qui lui est propre. Certaines personnes l’aiment, d’autres non. Il en est de même pour moi !

 

Si je suis dans la référence commune uniquement, je fais des choix en fonction de “ce qui se fait” et “ce qui ne se fait pas”. Je n’ai pas d’identité propre !

Pour le dire autrement je suis “perché” dans les informations de la référence commune. Pour grossir le trait, je peux dire que je mange du chocolat par ce que les autres disent que c’est bon. Et étant coupé du ressenti du chocolat en bouche.

Si je suis la référence, je n’exprime pas ce qui est vivant en moi, mais je répète une information qui m’a été inculquée. Mon identité est noyée dans la référence. Ce qui correspond à une négation de l’identité.

La critique m’indique que j’ai une identité !

Si je suis critiqué, c’est que je suis un être humain incarné qui a des goûts propres. Pour le dire autrement, si je ne suis pas critiqué c’est que je ne suis pas à ma place !

Ça ne veut pas dire qu’il faille chercher la critique. Mais que cette dernière est inévitable dans un monde avec des identités distinctes (dans notre culture actuelle).

 

Hugo prend conscience que le fait de ne pas être critiqué n’est pas bon signe. Cela signifie qu’il n’a pas une identité distincte. Et qu’il n’exprime pas vraiment qui il est. Ce qui engendre un mal-être. Il réalise qu’être critiqué est indissociable à l’expression de son identité. Ce qui veut dire qu’être critiqué est indissociable du bien-être !

 

 

Être critiqué apporte aux autres

Si je suis critiqué, c’est que je fais quelque chose qui est interdit par l’inconscient des personnes qui me critiquent.

Par exemple, si j’emprunte pour investir dans un domaine et que mes proches sont averse au risque. Ils vont me critiquer, car pour eux c’est dangereux et ils n’ont pas les moyens de le faire. C’est inconsciemment interdit !

Si, j’investis et que je montre que ce que je faisais fonctionne, je leur montre que leur peur n’était pas fondée. Et ainsi, je fais évoluer leur structure inconsciente, juste en étant moi-même.

Ne pas être dans la peur collective engendre de la critique. Ce n’est pas pour autant que je dois rester dans cet enfer-me-ment qu’est la peur collective. Et à mon sens, c’est l’inverse. Sortir de la peur et être critiqué, c’est un moyen de faire évoluer mon entourage par l’exemple et non par la force et par des débats intellectuels …

 

Hugo prend conscience qu’il est enfermé dans la peur de ses parents. Il réalise que s’il sort du cadre établi, il pourra montrer à ses collègues et ses proches que d’autres choix sont possibles.

 

 

Être critiqué permet de progresser

La critique est aussi un retour d’information. Je peux voir si la critique m’apprend quelque chose ou non. Ça peut me permet :

  • De voir un besoin que je n’ai pas vu chez des personnes
  • De découvrir une autre façon de faire qui est plus simple

 

La critique est aussi un levier d’évolution dès lors où elle prise avec recule.

 

La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain : elle attire l’attention sur ce qui ne va pas. – Winston Churchill

 

Hugo réalise qu’il ne voyait la critique que sous l’angle négatif. Il n’avait pas vu qu’il pouvait utiliser le retour d’information pour s’en servir. Qu’il pouvait utiliser la critique à son avantage. Il peut être focalisé sur son intention et tenir compte de la critique pour bénéficier d’informations complémentaires pour affiner sa stratégie.

 

 

Être critiqué permet de voir que je suis à ma place et apporte l’harmonie

Dès lors où j’affirme mes valeurs, je vais être exposé à la critique. Par exemple si je défends l’exploitation des enfants dans le textile, je vais être critiqué par les fabricants de textiles.

L’expression de mes valeurs fera réagir ceux qui ont des valeurs différentes des miennes. Si je cherche l’harmonie et que je souhaite éviter d’être critiqué par ceux qui ont des valeurs différentes de miennes, je peux laisser des personnes exploiter des enfants.

 

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. – Albert Einstein

 

L’objet n’est pas d’entrer en lutte, mais d’affirmer ses valeurs avec puissance. Cette affirmation de ses valeurs fait face à la critique. Comme Martin Luter King, Gandhi, Nelson Mandela… Ces personnages qui ont changé l’histoire et apporté plus d’harmonie. Ils ont affirmé avec puissance leur vision et ont été critiqués !

 

Hugo prend conscience que ne pas vouloir être critiqué revient à réprimer ses valeurs profondes. Et à laisser faire ceux qui ont des valeurs opposées. Hugo réalise qu’être critiqué est utile à la contribution de l’harmonie.

 

 

Vous n’arriverez jamais à destination si vous vous arrêtez pour jeter une pierre à chaque chien qui aboie sur votre passage. – Winston Churchill

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

  •  
  •  
  •  
  • 30
    Partages

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !