Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

harmonie

Qu’est-ce que l’harmonie

Hubert est avocat dans une ONG, qui vise à défendre les droits de l’homme. Il souhaite que les personnes soient respectées dans leur humanité.

Il est outré par les comportements de certaines personnes et certains organismes. Et il réagit vigoureusement contre ces personnes. Par son engagement, il souhaite l’harmonie, un monde avec des relations harmonieuses.

Or, son activité d’avocat au sein de cette ONG, le met en tension. Car il rencontre de nombreux cas où, selon ses dires, “les droits de l’homme ont été honteusement bafoués”. Dans cette recherche d’un monde harmonieux, Hubert vit la disharmonie.

 

Ici, l’harmonie est définie par un monde où les relations humaines sont harmonieuses.

 

En quoi la recherche d’harmonie nourrit-elle le conflit

En posant le concept d’harmonie, nous posons par contraste la disharmonie. C’est comme une pièce de monnaie, il y a la présence et l’absence de l’harmonie. Inconsciemment, ceci crée une opposition entre l’harmonie et la disharmonie. En cherchant l’harmonie, nous créons une opposition, alors que l’intention est de vivre l’harmonie.

 

La recherche d’un monde harmonieux à l’extérieur engendre :

  • La valorisation de ce qui est jugé “harmonieux”
  • La dévalorisation de ce qui est jugé “disharmonieux”

 

Inconsciemment, la recherche d’harmonie génère :

  • Aller vers ce qui est jugé “harmonieux”
  • Changer ou s’éloigner de ce qui est jugé “disharmonieux”

 

C’est le fait de vouloir “éviterce qui est jugédisharmonieux” qui va créer le conflit. L’inconscient veut éviter une partie de la réalité et il la rejette. Pour le dire simplement, l’inconscient dit “ce qui est ne devrait pas être”. Le déni de réalité, ne permet pas d’agir avec cette réalité, mais vise à changer cette dernière pour qu’elle corresponde à nos croyances “ce qui devrait être”. La volonté de changer l’extérieur pour qu’il corresponde à nos croyances est du “fascisme”, déguisé en bienveillance.

 

Hubert prend conscience qu’il est en lutte contre ce qu’il juge ne pas être de l’harmonie. Il prend conscience qu’il vit la disharmonie avec ses réactions envers le non-respect de l’humain. Alors que son intention est de vivre l’harmonie. Il réalise que la stratégie pour répondre à son besoin d’harmonie, à l’effet inverse.

 

 

D’où vient cette recherche d’harmonie ?

Lorsque nous sommes enfants, particulièrement avant 7 ans, nous avons un cerveau immature. Il nous est donc impossible de prendre du recul par rapport aux émotions, comme un adulte peut le faire. La seule façon de réguler l’émotion est de changer l’extérieur pour nous apaiser.  Ainsi, l’inconscient enregistre “je vis l’harmonie quand l’extérieur ne me perturbe pas”. La responsabilité de l’harmonie est donc conditionnée par l’extérieur.

 

Lorsque Hubert était enfant, il n’a pas été accueilli pour ce qu’il était. Il a été humilié par plusieurs membres de sa famille, ainsi que par des maîtres et maîtresses d’école.

Cette émotion douloureuse était trop forte pour qu’elle puisse être intégrée. Afin d’assurer la survie d’Hubert, l’inconscient a donc interdit l’accès à cette émotion d’humiliation.

Ainsi, lorsqu’il rencontrera des personnes humiliées, par résonance, cette émotion fera écho à l’enfant en lui qui a été humilié.

L’inconscient fera tout pour éviter de revivre cette émotion, en mettant en place des stratégies pour changer l’extérieur.

 

Les réactions d’Hubert vis-à-vis du non-respect des droits de l’homme, est ce que j’appelle un enfant protecteur (voir article En quoi le juge intérieur est un enfant protecteur).

Il vise à éviter les causes qui déclenchent l’émotion interdite. L’inconscient a donc mis en place ce schéma :

  • Si j’évite les causes => J’évite l’émotion interdite => Ainsi je vis l’harmonie

 

Or, c’est comme le hamster qui court dans la roue :

  • L’inconscient va scanner l’extérieur à la recherche des causes à éviter
  • Des stratégies vont être mises en place pour les éviter
  • De nouvelles causes seront identifiées, car l’inconscient scanne toujours ce qu’il souhaite éviter
  • De nouvelles stratégies seront mises en place

 

La recherche d’harmonie à l’extérieur va donc engendrer une boucle mentale. Un ENFER-ME-MENT.

 

 

Comment vivre l’harmonie ?

 

Prendre conscience que vouloir l’harmonie à l’extérieur est du fascisme

Dans un premier temps, il un important de voir que “lutter contre” pour avoir l’harmonie ne nous apportera que des tensions. Il s’agit d’un schéma qui vise à changer l’extérieur, pour qu’il corresponde à nos croyances. C’est du fascisme, déguisé en bienveillance.

Voir que nous ne faisons que nous servir, en souhaitant éviter de vivre des émotions, nous permet de reprendre la responsabilité de nos émotions. Et ainsi, reprendre du pouvoir sur notre vie. Il n’est pas possible de changer l’extérieur, s’il n’y a pas la volonté de l’extérieur. Or, il est possible de changer les schémas inconscients intérieurs, car nous avons le pouvoir sur notre intérieur.

 

Hubert prend conscience que son métier est utilisé pour lutter contre ceux qui l’ont humilié lorsqu’il était enfant. Il réalise qu’il voulait changer l’extérieur pour éviter de ressentir cette émotion d’humiliation. Ce qui explique ses réactions. Il voit qu’il se servait lui-même, alors qu’il pensait servir les autres.

 

 

Intégrer les émotions à l’origine de cette recherche

Comme nous l’avons vu, la recherche d’harmonie à l’extérieur pour éviter de vivre une émotion n’amène pas l’harmonie, mais le conflit. De plus, diviser la réalité en deux parties harmonieux ou disharmonieux, n’apporte que des tensions.

L’origine de cette quête d’harmonie est une ou plusieurs émotions non intégrées. Ce qui est jugé “disharmonieux” est le reflet d’une émotion non intégrée. Cela vient du fait, que l’enfant que nous étions n’a pas été accueilli pour ce qu’il était. Chaque jugement que nous portons sur l’extérieur est un de nos comportements d’enfant qui n’a pas été accueilli. 

L’harmonie ne vient donc pas de l’extérieur, mais de l’accueil de l’intérieur. L’accueil des enfants en nous qui n’ont pas été acceptés pour ce qu’ils étaient. L’harmonie vient de l’absence du jugement de soi, quelles que soient les conditions.

En accueillant les parts de moi qui ont été jugées “disharmonieuse”, j’intègre les 2 faces de la pièce :

  • Ce qui est jugé harmonieux
  • Ce  qui est jugé disharmonieux

 

C’est comme intégrer le Yin et le Yang, l’ombre et la lumière …

L’intégration des 2 faces de la pièce Harmonie permet l’accès à l’unité, à l’intégration de la dualité Harmonie/Disharmonie.

Par exemple, si j’intègre le fait d’être en colère et de ne pas être en colère comme étant deux états d’être distincts qui peuvent être vécus, je n’ai plus de jugement sur ces comportements. J’intègre les deux faces de la pièce “colère” que sont sa présence ou son absence. L’absence de jugement de la colère amène l’harmonie.

 

Identifier les jugements

Il convient donc, dans un premier temps d’identifier nos jugements sur l’extérieur. Afin de voir ce qui a été interdit chez moi dans mon enfance.

Hubert réalise que l’émotion d’humiliation est interdite chez lui.

 

Traverser l’émotion

Puis, ressentir dans le corps, où est située cette émotion interdite. Rester uniquement dans la sensation, afin de traverser cette émotion. Mon expérience est qu’il y a des allers-retours entre les sensations et le mental. Revenir, sur la sensation jusqu’à ce que l’émotion soit totalement traversée.

Hubert se rappelle d’une situation qui l’a particulièrement affecté dans son rôle d’avocat. Ce qui lui permet de se connecter à l’émotion. Il ressent dans le corps cette sensation et des pensées “c’est désagréable …”, ainsi que des jugements des personnes incriminées, viennent à l’esprit.

Il revient à la sensation physique uniquement. Il y a quelques allers-retours avant qu’il soit en présence de la situation sans avoir de désagrément. Une fois l’émotion traversée, il peut voir ce qui se passe avec lucidité et il a accès à toutes ses capacités.

Il peut plus facilement faire respecter le droit, sans être un sauveur et partir dans des spirales émotionnelles.

 

Si, je n’y arrive pas seul, je peux me faire accompagner. Ce n’est pas toujours évident d’être son propre dentiste. ;o)

 

 

Voir que l’harmonie est déjà là !

L’inconscient a pour habitude de me faire croire que je peux chercher mes clés de voiture, sans avoir de voiture. Autrement dit, il me dit que je peux chercher un état d’être sans l’avoir en moi (Pour aller plus loin, lire l’article Comment se libérer de la peur du manque).

Si je cherche un état d’être, c’est que je le connais. L’inconscient me fait croire que pour vivre cet état d’être, je dois avoir des conditions.

Hubert, pense qu’il pourra vivre l’harmonie, quand tout le monde aura des relations harmonieuses.

 

Un moyen pour détourner ce mécanisme est d’imaginer que les conditions nécessaires sont réunies. Et ressentir l’état d’être.

Hubert imagine que tout le monde a des relations harmonieuses. Il ressent un état d’être agréable, l’harmonie qu’il cherche. Il réalise qu’il peut déjà vivre cet état d’être alors que les conditions sont juste imaginées.

 

Ensuite, il faut se focaliser sur l’état d’être que l’on souhaite vraiment.

Hubert se focalise sur cet état d’être et revisite les situations qui étaient désagréables pour lui. Il prend conscience qu’il peut ressentir l’harmonie, dans ces situations.

 

 

L’harmonie est à l’intérieur et ne dépend pas des conditions extérieures. C’est l’absence de jugement de soi, qui engendre l’absence de jugement de l’extérieur.

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !