Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

perte d'énergie

 

Qu’est-ce que la perte d’énergie

 

Véronique est souvent fatiguée et n’arrive pas à récupérer. Elle va voir des énergéticiens pour qu’il lui donne de l’énergie. Et même s’il y a un mieux, ça ne dure jamais longtemps. Aussitôt qu’elle retourne travailler, elle perd toute son énergie. Elle souhaiterait savoir comment faire pour avoir de l’énergie et sortir de ce cycle.

 

Ici la perte d’énergie est définie comme une situation qui engendre de la fatigue.

 

 

D’où vient la perte d’énergie

Les protections inconscientes venant de notre histoire de vie

Lorsque Véronique était enfant, elle devait suivre les règles de ses parents pour éviter d’être réprimandée. Elle a donc appris les comportements “autorisés” et les comportements “interdits”. L’inconscient a enregistré que si la “référence commune” des règles familiales est respectée, Véronique vit l’harmonie. Et inversement, si la référence commune n’est pas respectée, il n’y a pas d’amour. Ce qui est perçu comme un risque de mort pour l’inconscient. (Pour aller plus loin, lire l’article “En quoi le juge intérieur est un enfant protecteur“)

 

Comme nous le voyons avec l’histoire de Véronique, son inconscient a enregistré de nombreux interdits. Et si une situation ressemble de près ou de loin à un interdit, l’inconscient fera tout pour éviter cette situation. Ce qui est très coûteux en énergie.

 

Il peut s’agir d’une situation extérieure :

  • Une responsable hiérarchique abuse de son autorité et joue sur la peur de perdre son emploi
  • Un partenaire n’a pas le comportement que je juge être “aimant”

 

Ou d’une situation intérieure :

  • Une colère monte et l’inconscient la bloque, car il interdit le conflit
  • Une envie de se valoriser monte et l’inconscient bloque, car c’est interdit de “se la péter”

 

L’inconscient cherche à éviter une situation, or, il n’est pas toujours possible de l’éviter. Ce qui engendre une boucle mentale et consomme énormément d’énergie.

 

Véronique comprend que sa perte d’énergie vient de l’inconscient qui cherche à éviter une situation, alors qu’il n’a pas toujours les moyens. Elle voit que c’est un puits sans fond. Elle réalise que vouloir de l’énergie d’un énergéticien pour remédier au manque d’énergie, c’est comme faire le plein de sa voiture tout les 50km, car il y a un trou dans le réservoir.

 

 

Vient d’un conflit intérieur

Comme nous l’avons vu, la perte d’énergie vient d’un conflit intérieur. Par exemple :

  • Exprimer sa colère, car je ne me sens pas respecté
  • Interdire l’expression de la colère pour correspondre à la référence commune et être en lien.

 

D’un point de vue plus global, la perte d’énergie vient d’un conflit intérieur entre :

  • Une volonté d’être en lien avec les autres par une référence commune
  • Une volonté d’être soi, même si ce n’est pas dans la référence commune.

 

Il y a un conflit entre 2 parts de l’inconscient qui ont la même intention, mais des stratégies différentes :

  • La 1ère veut vivre l’harmonie avec comme stratégie d’être en lien à travers une référence commune
  • La 2ème veut vivre l’harmonie en étant en accord avec soi

 

Ce qui engendre des comportements qui entrent en conflit :

  • La 1ère ouvre son espace pour être en lien, en laissant entrer les idées, les émotions… des autres
  • La 2ème ferme son espace pour qu’il ne soit pas envahi par les idées, les émotions… des autres

 

Pour visualiser le mécanisme, nous pouvons imaginer que notre psyché est comme une maison. C’est comme si une part de l’inconscient laisse entrer tout le monde dans la maison. Et l’autre passe son temps à faire le ménage, remplir le frigo et sortir les personnes qui ne lui conviennent pas de la maison.

La part inconsciente qui fait le ménage et remplit le frigo est épuisée et souhaiterait que ça cesse. Elle en veut à ceux qui entrent dans la maison sans son autorisation. Elle ne voit pas qu’une autre part va ouvrir la porte, car pour elle c’est sa façon d’être en lien. Elle ne voit pas que la cause de cette situation ne vient pas de l’extérieur, mais de l’intérieur.

 

Véronique comprend bien que sa fuite d’énergie vient de deux parts inconscientes qui ont des stratégies différentes. Elle a bien compris le mécanisme, mais elle souhaiterait savoir comment résoudre cette situation consommatrice en énergie.

 

 

Comment se libérer de la perte d’énergie

 

Comme nous l’avons vu plus haut, les 2 parts de l’inconscient qui sont en conflit ont la même intention : Vivre l’harmonie !

Je vais donc entrer en lien avec chacune d’elle pour les comprendre profondément et leur apporter ce dont elles ont besoin.

 

Comprendre la part qui laisse entrer

La part qui laisse entrer est un enfant qui a enregistré qu’en ayant une référence commune avec les parents, il a l’amour. Cette part est un petit enfant innocent qui cherche l’amour. Cet enfant tend toujours à atteindre l’union, l’unité via la référence commune. Il a un profond désir d’harmonie !

Lorsque cet enfant n’arrive pas à rejoindre l’autre à travers une référence commune, c’est terriblement douloureux pour lui. Il va donc tout faire pour éviter cette situation et être en lien avec l’autre. Quitte à se tordre à l’intérieur.

Ne pas être en lien par une référence commune signifie ne pas être en lien du tout pour cet enfant. Avec le regard de l’enfant à l’âge où il s’est créé, cette rupture de lien, signifie qu’il n’a plus de parent et qu’il est seul. C’est une panique totale !!!

Cet enfant a besoin d’être pris dans les bras, rassuré et aimé par l’adulte que nous sommes. Il a besoin de voir qu’il y a quelqu’un qui peut prendre soin de lui et l’aimer quoiqu’il fasse.

 

À la lumière de ses explications, Véronique comprend qu’un enfant en elle est en quête d’amour, d’harmonie. Elle ressent dans son corps sa présence. Pour symboliser cet enfant, elle prend un cousin dans les bras. Elle ressent la détresse de cette enfant et l’accueille avec tendresse. Au début, il n’est pas confiant et au fur et à mesure il se détend.

 

 

Comprendre la part qui veut fermer

Cette part est aussi un enfant qui n’a pas été accueilli tel qu’il était. Dans sa perception, sa psyché a été investie par ses parents, lui disant qui il devait être. Maintenant, il monte la garde pour que personne n’investisse sa psyché. Cet enfant est le gardien du temple. Cet enfant a besoin d’être accueilli et rassuré dans le fait que personne n’investira sa psyché.

Le gardien du temple n’avait pas vu qu’une autre part ouvrait la porte de la maison. Il était persuadé que “les autres” entraient sans autorisation. Or ce n’est pas possible d’entrer dans la maison, si elle est fermée.

La perception de cette part qui ouvre la porte engendre 2 réactions chez le gardien du temple :

  • Elle voit que l’extérieur n’est pas responsable ce qui fait que sa colère vers l’extérieur tombe.
  • Elle est en colère contre la part qui ouvre la porte

 

Le gardien du temple a pour intention que son temple soit harmonieux et que la paix y règne. Il ne voit pas que pour vivre la paix, il fait la guerre. Il ne perçoit pas que sa colère envers le petit enfant qui ouvre la porte pour être en lien est destructrice. Vu que l’enfant qui ouvre la porte à un besoin criant d’être accueilli, d’être aimé, il n’écoutera pas la colère du gardien du temple. Il cherchera de nouveau l’amour à l’extérieur.

Le gardien du temple comprend que sa stratégie  qui vise à être en colère pour avoir la paix est vaine. Il comprend que pour avoir la paix en son temple, il doit comprendre les besoins de la part qui ouvre la porte. Et d’expliquer les siens pour trouver un point commun.

 

Le gardien du temple comprend que celui qui ouvre la porte a besoin d’être en lien pour se sentir en harmonie. Il comprend qu’ils ont la même intention l’harmonie. Il prendre donc le temps de lui expliquer :

  • Qu’ils ont tous les 2 le même besoin d’harmonie
  • Qu’en ouvrant la porte, il engendre une tension, ce qui va à l’inverse de l’harmonie
  • Qu’en ouvrant la porte, il n’a pas accès à SON ressenti, SES pensées, mais celles des autres
  • Qu’en ouvrant, il ne peut pas être connecté à lui, donc difficilement connecté à l’autre
  • Que s’il ne comprend pas qu’il a une limite identitaire, il ne voit pas l’identité de l’autre
  • Que s’il ne voit pas l’identité de l’autre, il n’y a pas d’autre, donc pas d’échange possible

 

Le gardien du temple, explique que pour être en lien avec l’autre, il faut qu’il y ait un autre. Il faut qu’il y ait une limite identitaire. Et c’est en ayant une identité fermée, qu’il est possible d’être en lien.

L’identité fermée permet d’être en lien avec ses propres ressentis, ses propres besoins. Et c’est en étant en lien avec mes besoins propres que je comprends que l’autre à ses propres besoins. Ceci ne veut pas dire que je vais répondre à tout, mais je vais être clair sur ma position et la sienne. Ainsi, il n’y a plus de conflit, mais de la clarté provenant de la différence.

C’est en étant en lien au niveau de ce qui est vivant en l’autre, que je peux véritablement être en lien avec l’autre. Les concepts de la “référence commune” sont de l’information et non un véritable lien du vivant au vivant.

L’autre peut être énervé par rapport à ce que je dis, et en même temps, je suis en lien avec ce qui vit en lui. Même si à certains moments, je ne peux pas répondre à mon besoin et le sien en même temps. Je reste en lien avec le fait qu’il a un besoin non assouvi et qu’il en souffre.

 

Véronique réalise qu’elle avait en elle un enfant qui est un gardien du temple. Et elle comprend qu’il assure “l’étanchéité” de l’identité. Pour éviter les “fuites” d’énergie. Que ce dernier peut être en colère si la limite identitaire est touchée, avec pour objectif de vivre l’harmonie. Il a besoin d’avoir des limites claires et d’échanges profonds. Elle le rassure dans le fait qu’il assurera toujours sa fonction et qu’en même temps, il n’y a plus de combat avec l’extérieur. Mais de la compréhension et de l’accueil avec les enfants qui cherchent à ouvrir la porte pour avoir l’amour de l’extérieur. Et qu’elle sera là en soutien.

 

 

La perte d’énergie vient de la non-clarté entre le besoin d’être en lien et le besoin d’être unique.

 

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

 

 

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  • 28
    Partages

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !