Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

Intellectualiser

Qu’est-ce qu’intellectualiser

Dimitri a une faible estime de lui. Il a lu beaucoup de livres portant sur le sujet de la psychologie, le développement personnel … Il comprend que le manque d’estime est un enfant qui n’a pas été pleinement accueilli. Et qu’un enfant en lui pense ne pas être aimable, car il n’a pas été aimé. Malgré les nombreuses compréhensions de ses mécanismes intérieurs, Dimitri manque toujours d’estime de soi. Il souhaiterait guérir cet enfant intérieur et sortir de cette situation.

 

Ici, intellectualiser est défini comme une compréhension sans résultat.

 

 

Pourquoi intellectualiser ne guéris pas

Le cerveau émotionnel

Avant 7 ans, notre cerveau est immature. Nous disposons uniquement du cerveau limbique qui est le cerveau du chat et du chien. Il comprend l’émotionnel et sait gérer uniquement les choses simples :

  • C’est blanc ou noir
  • C’est vrai ou faux

Le cerveau émotionnel applique toujours la même stratégie, quelle que soit la situation.

 

Communiquer avec ce cerveau, c’est comme communiquer avec un chat ou un chien. Il comprend l’émotionnel bien plus que les mots.

Les blessures se situent dans ce cerveau émotionnel. Comme il ne dispose pas encore de la capacité à appréhender la complexité, la communication avec cette partie du cerveau se fait via l’émotionnel. Autrement dit, si je souhaite guérir, je dois entrer en contact avec l’espace émotionnel où se situe la blessure.

Comprendre un enfant blessé à l’intérieur, c’est ressentir l’enfant blessé dans le corps.

 

Dimitri réalise que la guérison de l’enfant blessé passe par l’émotionnel, par le ressenti et non par la compréhension intellectuelle. Il commence à comprendre pourquoi, malgré toutes les compréhensions de ses mécanismes intérieurs, le manque d’estime de soi persiste.

 

 

Le cerveau conceptuel

Intellectualiser, c’est faire appel à la partie du cerveau appelé néocortex. Ce dernier se développe de 7 ans à 25 ans. Il est capable d’analyser des situations complexes :

  • Dans tel cas, je fais ceci
  • Dans tel autre cas, je fais cela

 

Cette partie du cerveau peut nommer les émotions, mais pas les ressentir.

 

Autrement dit, je peux lire de nombreux livres sur ce que veut dire brûler et accumuler du “savoir”. Mais si je ne me brûle pas, je n’ai jamais accès à la “connaissance” : le lien entre l’information et le ressenti (Pour aller plus loin, vous êtes libre de lire l’article Pourquoi intellectualiser peur engendrer la souffrance).

 

L’utilisation du cerveau conceptuel permet de comprendre que pour guérir, je ne dois pas comprendre, mais ressentir.

 

Dimitri, réalise que le cerveau conceptuel permet de comprendre qu’il n’y a rien à comprendre, mais à ressentir. Cette partie du cerveau m’apporte la compréhension qu’il faut descendre dans le ressenti pour “être avec” l’enfant blessé.

 

 

Pourquoi j’intellectualise ?

L’inconscient évite les émotions perçues comme mortelles

Lorsque Dimitri était enfant, ses parents voulaient qu’il ait une “bonne éducation”. Ils lui ont donc appris “ce qui est bien” et “ce qui est mal”. Ses parents ont réprimé l’enfant qu’il était lorsqu’il n’était pas dans la “bonne référence”. Son inconscient a enregistré que sortir de la référence correspondait à un rejet de ses parents. Ce qui est perçu par l’inconscient comme un risque de mort (Voir l’expérience de Frédéric II). Afin de survivre, l’inconscient a mis en place des enfants protecteurs qui s’assure que Dimitri reste dans la référence familiale. Ainsi, les enfants protecteurs évitent que Dimitri revive des émotions de rejet de ses parents.

 

Comme nous pouvons le voir avec l’histoire de Dimitri, l’inconscient a mis en place des enfants protecteurs pour éviter de ressentir des émotions douloureuses. Et ainsi assurer la survie.

L’intellectualisation est le reflet des enfants protecteurs. La peur de mourir est telle, que l’inconscient cherche à détruire le déclencheur de l’émotion. Il s’agit d’une situation proche de la situation passée qui a généré la création de l’enfant protecteur.

Pour réponde au besoin d’appartenir à un groupe, l’inconscient doit justifier sa logique de destruction. C’est à ce moment que l’intellectualisation arrive.

 

Dimitri réalise que l’intellectualisation qui justifie, argumente est le reflet d’un comportement destructeur. Il comprend que l’objet est d’éviter de ressentir une émotion de rejet des parents, car c’est perçu comme un danger de mort par l’inconscient.

 

 

Une coupure de mes sens et de mon essence

Les parents de Dimitri lui ont enseigné que la bonne référence était à l’extérieur de lui. Dans de l’information. Et que ses ressentis intérieurs n’étaient pas juste. Son inconscient a enregistré que “LA Vérité“, n’est pas dans ce qu’il ressent, mais dans une information. L’inconscient a appris à nier ses ressentis et à justifier ses comportements en se référant à “LA Vérité” qui lui a été enseignée.

 

Si je pense que LA Vérité vient d’une référence extérieure, je ne vais pas écouter l’intérieur. Je vais croire que le chocolat est bon. Sans réaliser que je ne fais que parler de la sensation agréable que j’ai lorsque je mange du chocolat. Sans réaliser que je ne fais que parler de moi, de mon expérience.

 

En passant par les sens, j’accède à l’essence

 

Or, seul mon ressenti me permet de dire si j’aime ou non le chocolat. MA vérité est dans mes sens.

 

Dimitri prend conscience qu’il argumentait en pensant se reposer sur LA Vérité. Et ainsi, maintenir une image de personne saine. Il avait peur d’être perçu comme un fou, s’il ne pouvait pas argumenter. Dimitri réalise que son besoin de sens a généré un enfer-me-ment.

 

 

Pourquoi intellectualiser est de la violence

Comme nous l’avons vu, la construction de l’enfant blessé vient d’une répression d’un adulte sur un enfant. De plus, l’enfant blessé est au niveau émotionnel. Et l’intellectualisation est une stratégie d’évitement de l’émotion.

Dans le cas de Dimitri, il a une blessure d’estime de soi et en même temps il a compris pourquoi il a cette blessure. Or son comportement reste toujours le même.

  • “Comprendre pourquoi” est une stratégie pour éviter de descendre au niveau émotionnel.
  • “Comprendre pourquoi” est un moyen de faire taire l’enfant blessé qui s’exprime depuis l’émotionnel.
  • “Comprendre pourquoi” est l’adulte en soi, qui réprime l’enfant en soi.
  • “Comprendre pourquoi” c’est rejoué la violence de l’adulte sur l’enfant !

 

Dimitri réalise que le fait de vouloir comprendre était une stratégie pour ne pas écouter l’émotionnel. Pour ne pas écouter l’enfant blessé qui a un besoin criant d’accueil. Il réalise que l’intellectualisation est non seulement inefficace pour guérir l’enfant blessé. Et que c’est de la violence envers cet enfant blessé qu’il a été. Dimitri prend conscience qu’il est en train de rejouer le comportement de ses parents sur l’enfant en lui.

 

 

Comment se libérer de l’intellectualisation

Identifier l’enfant blessé dans le corps

L’intellectualisation vient d’une stratégie d’évitement d’une émotion de l’adulte qui réprime un enfant qui souhaite s’exprimer.

Pour me libérer de l’intellectualisation, je dois accueillir l’enfant blessé et non le réprimé. Je vais donc dans un premier temps identifier la sensation dans le corps. C’est par le ressenti que j’accède à l’enfant blessé.

 

Dimitri ressent une boule dans la gorge. Il comprend que c’est l’enfant blessé qui cherche à s’exprimer. Et que ce dernier est réprimé.

 

 

Identifier l’adulte qui réprime

Une fois que j’ai identifié l’enfant blessé. Je peux ressentir qu’il y a une partie de moi qui veut bloquer cette sensation. Qui juge cette sensation “désagréable”. Ceci me permet de mettre en conscience le comportement de répression de l’adulte sur l’enfant. Afin de le voir et ne plus s’y identifier. Et avoir accès à l’espace d’accueil en soi.

 

Dimitri ressent qu’il y a une part de lui qui souhaite éviter cette sensation désagréable. Il comprend que cette part de lui rejoue le comportement de répression de ses parents sur l’enfant. Dimitri prend conscience que ce qui observe “l’adulte qui réprime” est calme. Il découvre un autre espace de conscience.

 

 

Accueillir l’enfant blessé

Une fois que j’ai identifié :

  • L’enfant blessé
  • L’adule qui réprime
  • L’espace de conscience qui observe les deux

 

Je vais pouvoir accueillir l’enfant depuis cette espace de conscience. Pour ça, je vais ressentir l’enfant blessé et observé cette sensation jugée désagréable. Je vais autoriser l’enfant à exprimer cette sensation jusqu’au bout. Je vais lui permettre de décharger son émotion qui a été réprimée pendant des années. Lorsque l’enfant a été accueilli et qu’il a pu exprimer son émotion jusqu’au bout, il devient plus calme. Il sait qu’il sera autorisé à s’exprimer dans le futur. Une fois qu’il n’y a plus d’émotion à bloquer, il n’y a plus lieu d’avoir “l’adulte qui réprime”. La “machine à blabla” se dissipe.

 

Dimitri ressent la sensation dans la gorge et laisse cette sensation se dérouler. Il sent qu’une part de lui veut bloquer cette sensation, avec la justification qui va avec. Dimitri revient dans les sensations et se concentre sur l’enfant blessé. Il perçoit sa vulnérabilité et le laisse s’exprimer jusqu’au bout. Après quelques allers-retours, Dimitri se sent plus détendu et que la machine à blabla n’est plus là. Il découvre un espace de paix intérieure.

 

 

Guérir c’est mettre de l’amour là où il y a eu de la peur.

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !