Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

Enfermement

 

 

Qu’est-ce que la fuite d’émotions désagréables ?

Françoise est professeur de français dans un lycée. Elle est souvent prise par ses émotions et fait tout pour les gérer. Malgré l’énergie qu’elle dépense pour être “calme”, elle subit ses émotions. Ce qui a un impact sur le rapport qu’elle a avec ses élèves. Elle souhaiterait savoir comme se débarrasser de ses émotions désagréables.

 

Ici, la fuite d’émotions désagréables est définie comme le fait de subir ses émotions et de vouloir les éviter.

 

 

D’où vient la fuite des émotions désagréables ?

Lorsque Françoise était enfant, ses parents avaient pour habitude de réprimer ses émotions trop intenses. Comme les crises de colère ou lorsqu’elle pleurait de tristesse. Ses parents ressentaient en résonance ses émotions en eux. Ils n’avaient pas les moyens de le vivre. Et pour éviter de ressentir ses émotions, ils ont interdit à Françoise de les exprimer. L’inconscient a donc enregistré qu’il fallait éviter les émotions de colère et de tristesse pour avoir l’amour de ses parents, et survivre (Voir l’expérience de Frédéric II).

 

Dans l’histoire de Françoise, nous voyons qu’un certain nombre d’émotions a été interdit. Vivre les émotions, était perçu par l’inconscient comme une rupture de lien avec ses parents. Ce qui est un risque de mort pour l’enfant totalement vulnérable.

Rares sont ceux qui ont eu comme parent un bouddha J par conséquent, nos parents avaient plus ou moins de difficultés à vivre les émotions exprimées par les enfants. Et nous avons donc en nous des schémas inconscients  interdisant de vivre les émotions trop intenses, avec des stratégies du type :

  • Fuir les émotions permet d’avoir l’amour et de vivre le bien-être.

 

Françoise réalise qu’elle a tendance à fuir les émotions désagréables dans l’intention d’être bien. Elle réalise que c’est un schéma inconscient qui a été inculqué dans son enfance.

 

 

Pourquoi la fuite des émotions est un enfer ?

Comme nous venons de le voir, les émotions ont été interdites par l’inconscient dans l’intention de vivre le bien-être. Or, c’est l’interdit qui engendre la tension entre 2 forces :

  • Une émotion s’exprime
  • Un schéma inconscient la réprime

 

Vouloir fuir les émotions c’est comme mettre un barrage sur un fleuve. La pression exercée sur le barrage est forte ! Renforcer le barrage, ne va pas enlever la pression. Elle reste toujours là et au fur et à mesure de l’accumulation derrière le barrage, je serai obligé de le renforcer ou il cédera. C’est-à-dire que je peux avoir une explosion de colère ou plonger dans une profonde tristesse …

Pression émotion

 

Fuir l’émotion nous force à reporter l’émotion qui émerge à apparaitre plus tard. Et en plus, du fait du barrage, avec une pression plus importante ! Il se forme un cycle de montée en pression :

Pression émotion

Ce cycle de la fuite de l’émotion nous enferme dans la tension. Il s’agit d’un ENFER-ME-MENT.

 

Pour donner une image, fuir une émotion c’est comme enfoncer un ballon dans l’eau. Ce maintien du ballon sous l’eau consomme de l’énergie. Et au moment où j’ai moins d’énergie, le ballon remonte à la surface. Et avec l’élan, il se retrouve projeté au-dessus de l’eau. La force que j’ai utilisée pour garder le ballon enfoncé se retourne contre moi. Il s’agit du même mécanisme pour les émotions. La force que j’utilise pour fuir une émotion se retourne contre moi. Tout comme le ballon, l’émotion revient avec plus d’intensité.

 

Françoise comprend que la stratégie de fuir les émotions ne fait que reporter le contact avec l’émotion. Et en plus, cela lui donne plus d’intensité, ce qui demande plus d’énergie pour vivre et intégrer l’émotion. Elle prend conscience qu’elle se retrouve face à la puissance de sa résistance. Et réalise que l’enfer qu’elle vit vient de sa résistance. Elle souhaiterait savoir comment se libérer de cet enfer-me-ment.

 

 

Comment se libérer de cet enfer-me-ment ?

Comprendre le cycle des émotions

Une émotion est une énergie qui passe par différentes étapes avant d’être traversée :

Tout blocage du cycle d’une émotion engendre une tension. Il s’agit donc d’accompagner ce cycle et non de le bloquer (Pour aller plus loin, lire l’article Comment se libérer des émotions désagréables).

 

Françoise réalise qu’elle avait tendance à bloquer ses émotions pour vivre le bien-être. En voyant le cycle des émotions, elle comprend qu’elle ne faisait que le bloquer. Et créait ainsi une tension. Sa stratégie pour vivre le bien-être engendrait une tension. Elle s’enfermait toute seule. Elle comprend qu’il faut accompagner le processus.

 

 

Un inconfort à court terme engendre un confort à long terme

Une émotion désagréable vient d’un schéma inconscient qui bloque le cycle émotionnel (Lire l’article Comment se libérer des émotions désagréables). Le blocage vient d’une stratégie inconsciente de survie, d’une peur de mourir. Cette peur fait tout pour éviter qu’on entre en contact avec la sensation de cette émotion. Ce qui engendre un inconfort.

 

Or, c’est le passage de cet inconfort qui permet de sortir de l’enfer-me-ment. Le choix de l’inconfort à court terme permet donc un confort à long terme.

 

Françoise réalise qu’elle voulait éviter les émotions désagréables pour être bien. Elle prend conscience qu’elle choisissait le confort à court terme. Ce qui la faisait entrer dans un cycle de montée en pression. Et augmentait la difficulté à vivre l’émotion.

 

 

Utiliser l’énergie de la colère pour sortir de cet enfer-me-ment

Lorsqu’une émotion est réprimée depuis longtemps, il y a une accumulation de pression. Cette quantité d’énergie fait qu’il est parfois difficile de la laisser nous traverser. Un des réflexes de l’inconscient pour fuir cet inconfort est de “monter” dans la machine à blabla. Ce qui a pour effet de couper la connexion au corps et la circulation de l’énergie de l’émotion.

Une des approches pour rester connecté au corps est d’utiliser l’énergie de la colère. Il s’agit de “la voie du samouraï”.

Ces derniers développaient une vigilance accrue et des perceptions fines, en développant l’aptitude à être présent dans leur corps. Pour revenir dans le corps, ils utilisent la puissance de l’énergie de la colère, dirigée vers le sol. Ceci permet de rester avec l’inconfort de la sensation dans le corps. Jusqu’à ce que l’émotion soit traversée.

En passant uniquement par le corps, ils ne se laissaient pas perturber par les explications, justifications de la machine à blabla. Ils n’étaient pas pris dans des raisonnements de résolution de problème. Ils vivaient l’émotion et gardaient un calme mental.

Ils étaient comme des capitaines de navire en pleine tempête. Ils tenaient bon la barre et maintenaient le cap !

 

Françoise réalise qu’elle avait tendance à fuir les émotions en cherchant une solution pour changer les choses. Elle comprend qu’elle se retrouvait coincée dans les méandres des différents raisonnements de la machine à blabla. Ce qui avait pour effet d’être inconfortable et empêchait l’émotion de circuler. Elle comprend que l’énergie de la colère permet de rester dans le corps en présence avec les sensations. Comme  Françoise n’est pas habituée à utilise cette énergie de la colère, elle décide de s’entrainer. Elle pense à des émotions qui ne sont pas trop fortes et se connecte à l’énergie de la colère pour rester en contact avec la sensation dans le corps. Et ceci en augmentant progressivement l’intensité des émotions.

 

 

Fuir les émotions, c’est comme mettre un ballon sous l’eau, en pensant qu’il ne remontera pas. C’est ajouter une pression, qui engendrera une dé-pression.

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

  •  
  •  
  •  
  • 55
    Partages

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !