Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

Critique

 

Qu’est-ce que la critique

Nicolas est responsable de rayon au sein d’une grande surface. Malgré ses efforts pour être le plus juste possible envers son équipe, il reçoit régulièrement des critiques. Nicolas est affecté et cherche constamment à se remettre en cause pour créer de l’harmonie au sein de son équipe. Cependant, cela lui coûte énormément d’énergie. Ce qui a de l’impact sur sa vie de famille. Il souhaiterait se libérer de cette situation.

 

Ici, la critique est définie comme des attaques sur ma personne par d’autres personnes.

 

 

D’où vient cette tendance à la critique ?

Une histoire de vie

Les parents que nous avons sont des êtres humains et non des bouddhas. C’est-à-dire qu’ils sont blanc et noir. Ils font ce qui est juste par rapport à leur niveau d’information. Ce qui fait qu’ils vont nous enseigner “les règles” qui correspondent à leur perception du monde. S’ils ont des peurs, ils vont nous transmettre leurs solutions et indirectement leurs peurs.

L’enfant qui est profondément connecté à son ressenti sent quand quelque chose n’est pas juste. C’est-à-dire que quand un adulte lui dit de faire un bisou alors qu’il n’a pas envie, il sent bien que ce n’est pas juste qu’on décide à sa place ce qu’il doit faire de son corps ! Cette situation est vécu comme une injustice ! (Pour aller plus loin, vous être libre de lire l’article « Pourquoi l’injustice est un enfer-me-ment ?“)

L’enfant étant connecté à son ressenti, il peut percevoir que ses parents ressentent le jugement des autres si leur enfant n’est pas dans “le moule”. Et que pour éviter l’émotion que génère le jugement des autres, les parents mentent en faisant croire que l’enfant DOIT faire ce qu’ils disent, car c’est bien !

L’enfant fait face à de nombreux mensonges. Et en même temps, il est totalement dépendant de ses parents, pour assurer sa survie il s’adapte. Il a un besoin d’accueil et de sécurité qui n’est pas nourri ! L’inconscient de l’enfant comprend que s’il veut être libre, il doit éviter les adultes qui ont des failles dans leur autorité. Il y a donc un enfant protecteur qui est créé pour éviter toutes les défaillances de l’adulte dans le but d’avoir un monde idéal dans lequel il pourra être accueilli et en sécurité.

 

Nicolas s’aperçoit que les membres de son équipe qui le critiquent cherchent à éviter la moindre faille dans son autorité. Ils sont focalisés sur l’évitement, en quête de l’adulte parfait. Nicolas étant humain, il comprend ceux qui critiquent, voit qu’il n’est pas un adulte parfait. Et l’enfant chez eux qui est en quête d’un monde idéal dans lequel ils pourront se reposer.

 

 

D’une croyance limitante

Comme nous venons de le voir, l’histoire de vie a créé la croyance limitante suivante :

  • “Quand j’aurais un monde parfait, je pourrais enfin me détendre dans ce monde”

 

Or, un monde parfait est imaginaire. Pour maintenir cette croyance, il doit y avoir un déni de réalité pour dire que “ce qui est” devrait être autrement. Il s’agit de l’idéal de l’enfant ! Cette quête d’un monde parfait, que ça soit au niveau des personnes ou des systèmes mis en place, fait qu’il y aura toujours une vérification pour voir si le système ou la personne a un côté noir.

Par exemple, si un écologiste contribue beaucoup à l’écologie, mais qu’il a une action qui n’est pas écologique dans sa vie privée, il sera perçu comme un menteur ! Car il n’est pas 100% écologiste, ce qui ne correspond pas à la quête de l’adulte idéal de l’enfant à l’intérieur. Il sera donc vivement critiqué, même si sa contribution écologique est bien plus importante.

 

Nicolas comprend que la critique vient d’un idéal d’un enfant. Il s’aperçoit que s’il souffre autant la critique, c’est que lui aussi s’imagine un monde parfait. Où lui aussi pourrait être parfait ! Il voit qu’il est constamment en train de courir après cet idéal en se remettant constamment en cause pour vivre l’harmonie. Nicolas prend conscience que son attente d’harmonie est un idéal !

 

 

D’un cerveau immature

Avant 7 ans, notre cerveau est immature et dispose uniquement du cerveau émotionnel. C’est-à-dire qu’enfant je peux seulement avoir des raisonnements simples du type :

  • C’est blanc ou noir
  • C’est bien ou mal

 

Le cerveau de l’enfant étant immature, je ne peux pas percevoir la complexité de la réalité et j’établis seulement des “règles” sur le monde perçu à cet âge. L’inconscient enregistre toutes ces règles pour pouvoir agir dans le monde dans le futur.

Or, cette perception de la réalité limitée engendre des conséquences qui ont un impact dans la vie de l’adulte. Car, il y a toujours au fond de l’inconscient, l’enfant qui pense que les parents se sont trompés, qu’ils auraient dû être différent, agir autrement …

Ce qui fait qu’il y a une colère contre l’adulte imparfait ! Cette colère vient de l’injustice apparente perçue par un enfant (Pour aller plus loin, vous être libre de lire l’article “Pourquoi accepter d’être destructeur amène l’harmonie dans le monde ?“).

 

Nicolas prend conscience que la colère des personnes qui les critiques vient de la colère envers les parents imparfaits. Il réalise qu’il s’agit de la projection de leur colère d’enfant sur lui.

 

 

Comment se libérer de la critique

Comme nous l’avons vu, la critique vient d’un enfant en quête d’idéal. Et c’est l’attachement à cette vision d’enfant qui engendre la critique de tout ce qui n’est pas parfait ! En ne regardant que ce qui est “noir” pour l’éviter dans le but d’avoir un monde parfait dans lequel ils pourront enfin se reposer.

Cette vision d’un monde idéal du point de vue de l’enfant avec un cerveau immature est la seule perception possible de la réalité. Or, lorsque nous sommes adultes et que nous avons un cerveau mature, nous pouvons voir que nos parents ont fait au mieux compte tenu de leur histoire de vie et par rapport à leur niveau d’information.

Toute personne a des schémas destructeurs et ceci vient de l’immaturité du cerveau lors de notre développement. Et n’ayant pas de baguette magique, notre évolution se fait au fur et à mesure de notre avancée dans la vie.

Cette vision amène un changement de vision, la fin de la quête d’idéal et le début de l’entrée dans la réalité et la perception que l’humanité est parfaite dans son imperfection !

Cette vision amène un pardon du comportement des parents, même les plus dramatiques. Et permet de sortir de l’attente d’un idéal.

Ceci a deux effets :

  • Critiquer n’a plus de sens
  • La critique ne nous touche plus, car elle n’est pas perçue comme vraie !

 

Nicolas réalise que s’il souffrait de la critique c’est qu’il était en attente d’un monde idéal harmonieux. Il était coincé dans la vision d’un enfant qui était en attente de parents parfaits. Vu que cette vision était inconsciente, il ne pouvait pas voir que les personnes qui le critiquaient étaient dans cette vision. Nicolas réalise qu’il ne peut pas changer les personnes qui le critiquent. Et qu’il ne lui est pas possible de leur montrer qu’ils sont coincés dans une vision d’enfant à cause d’une blessure. Car ceci engendrerait des réactions virulentes. Il comprend qu’il doit tenir compte de cette réalité et agir en conséquence. Il réalise que cette perception de la réalité lui permet de voir sa marge d’action et d’être détendu.

 

 

La critique est le reflet d’un enfant en quête de parents idéals et qui attend un monde idéal pour enfin se détendre.

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !