Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

Limite

 

Qu’est-ce que le respect de mes limites ?

Véronique est en colère contre son responsable Hubert. Ce dernier est autoritaire et elle a conscience qu’elle n’arrive pas à se faire respecter, à poser ses limites. Elle dit oui, alors qu’elle veut dire non et ensuite elle est en colère. Véronique prend conscience qu’elle ne se respecte pas et elle n’arrive pas à faire autrement. Elle souffre de cette situation et souhaiterait faire respecter ses limites.

 

Comme nous pouvons le voir avec l’histoire de Véronique, elle ne respecte pas ses limites, car elle dit oui alors qu’elle souhaite dire non. C’est-à-dire que ce qu’elle dit ou ce qu’elle fait n’est pas aligné avec ce qu’elle souhaite vraiment.

 

Ici, le respect de ses limites est défini comme l’affirmation de soi face aux autres.

 

 

D’où vient le non-respect de mes limites ?

Coupé de mes sens …

Lorsque Véronique était enfant, elle devait manger ce qu’il y avait dans l’assiette. Elle n’aimait pas les petits poids et ses parents lui ont répondu qu’elle ne savait pas ce qui était bon ! Ses parents l’ont aussi réprimée, car ils jugeaient certains de ses comportements comme “mauvais”, alors que Véronique avait de la joie à l’exprimer. Ces cas s’étant répété plusieurs fois, son inconscient a enregistré que ses sens la trompaient et que LA Vérité venait d’une figure d’autorité à l’extérieur.

 

Le fait que Véronique avait une information venant de ses sens et une information contradictoire venant des figures d’autorité, l’inconscient de l’enfant a compris que les repères sur lesquels elle doit s’appuyer viennent de l’extérieur.

Il y a une perte de repères intérieurs ! Il n’y a pas d’appuie intérieur ce qui signifie qu’il n’y a pas de “Moi”. À titre d’exemple, cette construction génère des phrases du type :

  • Le chocolat c’est bon

 

Et interdis l’intériorité :

  • J’aime le chocolat

 

Véronique réalise qu’elle cherche à justifier sa position en se basant sur une référence extérieure du type :

  • “Ça ne se fait pas !”
  • “Ce n’est pas bien !”

Elle voit que ces phrases types n’expriment pas ce qui est vivant en elle, son “Moi”. Véronique prend conscience que cette façon de faire est l’expression de la coupure de son intériorité, de la déconnexion d’elle-même.

 

 

Coupé de l’essence !

Si je crois que le chocolat est bon, je ne peux pas intégrer que le chocolat à un goût qu’il lui soit propre et que j’aime ce goût. Je ne vais donc pas comprendre une personne qui n’aime pas le chocolat. Car, je ne vais pas comprendre qu’elle peut aimer des choses que je n’aime pas et inversement.

 

En passant par les sens, j’accède à l’essence.

 

Si je n’ai pas intégré que mes sens m’amène une expérience unique qui m’est propre, je n’ai pas intégré mon unicité. Et si je n’ai pas intégré mon unicité, je ne peux pas intégrer l’existence de l’autre. C’est-à-dire que l’autre a une expérience distincte de la mienne.

Si je n’ai pas intégré que mon expérience est unique, je n’ai pas conscience que seuls mes sens sont mes repères ! Je n’ai pas de repères intérieurs, donc je ne peux pas percevoir l’extérieur en contraste. Je ne perçois pas la limite entre l’intérieur et l’extérieur.

Si je ne fais pas la distinction entre mon expérience et l’expérience de l’autre, entre mon intérieur et l’extérieur, je ne peux pas percevoir ce qui me différencie de l’autre. Il n’y a donc pas de limite entre moi et l’autre. L’autre est perçu comme un objet conceptuel, tout comme mon “Moi”, mon unicité.

Si je n’intègre pas la limite du “Moi”, seule “LA Vérité” existe, seule l’information existe indépendamment des sens : “Les petits poids son bon”.

 

La déconnexion de ses sens engendre une perte de sens. En découle l’application de règles sans sens. Ce qui génère un système totalitaire. D’où la colère qui cherche à appliquer “le bon comportement”.

 

Si je suis coupé de mes sens, je suis coupé du sens.

 

Véronique réalise qu’elle est coupée de son intériorité et qu’elle est “perchée” dans des règles du type “ça se fait” et “ça ne se fait pas”. Elle voit qu’elle n’a pas pleinement intégré la limite du Moi, ce qui fait qu’elle ne sait pas clairement quelles sont ses limites. Elle souhaite maintenant savoir comment intégrer ses limites et les faire respecter.

 

 

Comment faire respecter mes limites

Intégrer ses limites

Intégrer mon unicité, mon “Moi”

Comme nous l’avons vu, le chocolat n’est ni bon ni mauvais. Il a un goût. Pour intégrer la limite, je dois intégrer la différenciation :

  • J’aime le chocolat
  • Mon ami Léopold n’aime pas le chocolat

 

En étant connecté à mes sens, j’ai des repères intérieurs. En me basant sur mes ressentis, mon expérience, je peux identifier mon unicité. Et ainsi percevoir la différence entre moi et l’autre.

 

Je chercher le re-père à l’extérieur, tant que je n’ai pas le père à l’intérieur.

 

L’accès à mon unicité me permet d’exprimer ce qui est juste pour moi et uniquement pour moi. En ayant conscience que ce n’est pas obligatoirement du goût de l’autre. Je peux ainsi poser ma limite, en exprimant mon unicité.

 

Véronique réalise qu’elle n’a pas l’habitude de se baser sur son ressenti pour décider. Elle a plus l’habitude de raisonner pour faire le “bon choix”. Riche de cette compréhension, elle décide de s’entrainer à ressentir ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas. Puis le noter le soir avant de se coucher, pour bien l’intégrer.

 

 

Intégrer le NON !

Certains parents ont du mal à poser le NON avec leur enfant en souhaitant lui éviter de lui faire de la peine. L’intention est bienveillante. Or, l’enfant n’aura pas intégré certaines émotions de frustrations. Il n’aura pas bénéficié de l’aide de l’adulte pour traverser ces émotions, car elles ont été évitées. Les conséquences sont qu’une fois adulte, la personne supportera difficilement la frustration. Et par conséquent, elle aura du mal à accepter le NON. Dit autrement, si elle ne peut pas passer par la porte, elle cherchera à passer par la fenêtre. Bien que la personne soit en souffrance, car elle n’arrive pas à vivre l’émotion de frustration et cherche par tous les moyens à l’éviter, je vais devoir poser le NON. Ce qui sera souffrant pour elle et juste pour moi.

 

Lorsque je dis NON à quelque chose, je dis OUI à autre chose :

  • Quand je dis NON à la violence
  • Je dis OUI à la non-violence.

 

Si je n’ose pas dire NON à ce qui ne me convient pas, c’est que je ne dis pas OUI à ce qui me convient. Je dis NON à Moi. L’accès au NON est l’accès au OUI et l’accès à Moi !

 

De plus, quand je n’ose pas dire NON à un comportement qui ne me convient pas, ceci signifie que je dis OUI à ce comportement. Je l’autorise indirectement.

Ceci a un effet au niveau inconscient, car si j’autorise un comportement à l’extérieur, ceci signifie que je l’autorise à l’intérieur. À titre d’exemple :

  • Si je n’ose pas dire NON à une personne qui me ment pour arriver à ses fins.
  • Je mens pour arriver à mes fins et même si je me le cache pour préserver mon image de “bonne personne”.

 

En affirmant le NON, j’affirme le OUI à ce que je suis, à mes valeurs. Je suis comme le chocolat, j’ai un goût. Je serai aimé par certains et non par d’autres. Il y a un moi clair bien différencié et il y aura aussi les choix qui vont avec. Cette liberté n’est pas toujours confortable. Il s’agit de faire le choix entre :

  • L’inconfort d’être soi
  • L’inconfort d’être ce que les autres veulent

 

Véronique prend conscience qu’elle a peur de dire NON. Elle réalise que le fait de ne pas dire non a des conséquences beaucoup plus larges que ce qu’elle pensait ! Elle décide de s’entrainer à dire NON sur des situations qui n’ont pas trop d’enjeux pour le moment. Et augmenter l’enjeu au fur et à mesure.

 

 

Intégrer mes limites humaines

Comme je suis un être humain, j’ai des limites physiques. J’ai besoin de sommeil, de manger … Sans nourrir ces besoins, j’aurais beaucoup moins de moyens. Si bien que si je suis fatigué, je ne vais pas avoir les moyens d’aider mon ami Édouard à déménager. Bien prendre conscience de mes limites physiques, me permet de les exprimer plus clairement, plutôt que de les nié, de m’épuiser et d’en vouloir à Édouard.

 

De plus, j’ai aussi des limites psychologiques. Comme de nombreuses personnes, je n’ai pas été élevé par des bouddhas. Donc, j’ai des schémas inconscients de survie, qui cherche à détruire l’élément déclencheur. En m’énervant contre une personne, ou tout autre comportement destructeur. Or, je ne peux pas tout régler d’un seul coup de baguette magique. Mes schémas inconscients évoluent les uns après les autres.

Pour donner une image, je peux imaginer que chaque schéma inconscient destructeur que j’ai hérité soit un lapin qui court devant moi. Si j’ai 10 lapins qui courent devant moi et que je veux attraper les 10 en même temps, je n’en aurais aucun ! C’est la même chose pour mes schémas inconscients de survie. À vouloir tout régler rapidement, je reste sur place !

Je vais devoir attraper les lapins les uns après les autres et ça prend du temps. Ce qui veut dire qu’étant un être humain, je vais avoir des schémas destructeurs qui vont s’exprimer, le temps que je m’occupe des plus importants de mon point de vue.

Ma limite psychologique fait que mes comportements ne seront pas toujours adaptés. Et c’est en acceptant cette limite que mes comportements seront plus adaptés. Et que je pourrais parfois poser ma limite de manière virulente face à certains types de personnes.

 

Véronique réalise qu’elle cherchait à être parfaite en évitant d’avoir des comportements agressifs. Si bien qu’elle évitait d’exprimer sa limite à certains moments. Elle prend conscience qu’elle ne pourra pas être parfaite, car c’est impossible de chasser 10 lapins en même temps. Véronique s’aperçoit qu’à certains moments elle n’aura pas les moyens de poser sa limite de manière posée. Elle prend conscience qu’elle est limitée dans la manière de poser sa limite. Véronique comprend qu’être soi et poser sa limite, inclue des conséquences qui peuvent être inconfortable. Ce qu’elle jugeait de mauvais, avant d’avoir cette compréhension.

 

 

Identifier mes valeurs et mes besoins

Poser ses limites c’est exprimer ce qui est important pour moi et non changer l’autre. Pour ça, je dois être très au clair sur ce qui est important pour moi :

 

En connaissant mes valeurs et mes besoins, je peux les exprimer clairement, sans aller chez l’autre. Je prends conscience qu’à certains moments, je ne peux pas répondre à mes besoins et à celui de l’autre. Ce qui pourra générer un inconfort pour mon interlocuteur qui aura un besoin non nourri.

En me reconnaissant qui je suis, en ayant des repères intérieurs clairs, je passe de la lutte à l’affirmation. La reconnaissance de “Moi” engendre la reconnaissance de l’autre. Quand la limite entre Moi et l’autre est claire, je ne ressens plus le besoin de poser une limite. J’exprime simplement qui je suis.

 

Véronique prend conscience que son besoin de faire respecter sa limite avec son responsable vient du fait qu’elle n’était pas claire sur ce qu’elle était, ce qu’elle aimait, ses besoins, ses valeurs… Elle réalise que faire respecter ses limites n’est pas lié à une lutte envers l’extérieur, mais à une connaissance de soi, de son intériorité et de son affirmation.

 

 

Vouloir poser une limite est l’expression d’un choix que je dois faire, face à deux situations inconfortables. Je suis face à ma limite, face à moi-même.

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

 

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !

Témoignages

Stéphanie

Merci Sébastien pour tes séances individuelles ou collectives qui sont porteuses de messages de bienveillance. Merci de permettre à chacun d'avancer vers la connaissance de soi.... J'ai beaucoup apprécié l'attention que tu portes à chaque personne présente face à son propre chemin.😃 Tu sais répondre pausément avec diplomatie et respect. Merci pour ton accompagnement qui fait grandir et qui fait être soi.

Malala

J’ai consulté Sébastien dans le cadre de plusieurs problématiques (finances, poids, gestion des émotions) et, au fil des consultations, il s’est avéré que mes problématiques avaient un point en commun lié à l’enfant intérieur chagriné et en insécurité. Il m’a aidée à accueillir cet enfant pour le rassurer. Les séances m’ont fait gagner en confiance et émerger une puissance intérieure qui ne demande qu’à éclore et que je sens sur le point de voir le grand jour. Dès que j’ai une émotion « désagréable », comme l’impatience, peur du regard des autres, la crainte, …, au lieu que de la faire taire pour ne plus la ressentir, je l’accueille systématiquement pour qu’elle traverse son chemin. C’est un moment délicat mais cela ne dure généralement pas plus de quelques secondes. Je sens que j’ai gagné en liberté et en autonomie en termes de gestion des émotions et, pas après pas, je m'engage de plus en plus vers un chemin d'épanouissement. Je recommande vivement !

Nadia

Suite à un choc émotionnel j'ai commencé à m'intéresser au monde de la spiritualité. À méditer, à prendre du temps pour moi. Et un jour le mot Reiki est apparu dans ma tête, j'ai eu besoin de savoir ce que c'était. Je me suis renseigné sur Internet et j'ai su que c'était ce que je devais faire. J'ai cherché un maître Reiki sur Angers, on m'a conseillé Sébastien Thomelin. Donc en juin 2018 celui-ci m'a initié au premier degré. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, ce fut 2 jours intenses où Sébastien à fait ressortir des émotions, des croyances, des peurs enfouies en moi. Des vagues d'énergie et d'émotions m'ont permis d'avancer sur une transformation intérieure d'alléger de nombreuses peurs et de prendre confiance en moi. Les 21 jours d'auto traitement ont été bénéfiques et j'ai pu faire des séances de Reiki à mes amis, ma famille. Ma vie avait un nouveau sens je savais que j'étais sur mon chemin de vie. Suite au 1er degré le Reiki m'a ouvert le cœur et l’esprit, ma perception des gens et mon intuition. J'ai décidé de passer le 2e degré de Reiki en janvier 2019. Donc j'ai fait appel à Sébastien, j'étais très à l'aise avec lui , le 1er degré s'étant  vraiment  bien passer. L'initiation du 2e degré a fait ressortir une fatigue émotionnelle et physique, Sébastien est allé chercher plus profondément dans mon âme les blessures et émotions enfouis. Je viens de terminer les 21 jours d'auto traitement cela était plus difficile que le niveau 1 et m'a un peu plus remuer. Je travaille à renforcer mon ancrage à la terre, à vivre l'instant présent. Et cela m'a permis de m'affirmer. D’oser dire non, d'être plus sûr de moi et moins fragile sur le plan émotionnel. J'ai fait des traitements à distance depuis, et je continue sereine et avec beaucoup de compassion et d'amour à avancer sur mon chemin. Merci à Sébastien, je compte bien faire le 3e degré par la suite.

Isabelle

Bonsoir Sébastien, Un immense merci pour ce we de formation ! Je ressens plein de changements en moi c'est fou et je sens que ça travaille encore... c'est vraiment fort ! Merci Bonne soirée.

Renée

Bonsoir, Merci encore pour votre aide. Je commence une nouvelle mission lundi. Tout s'est passé très vite. Appel ce matin, entretien dans la foulée et un bon contact avec la personne. J'ai été authentique.

Sandrine Guinot

Les voies de REIKI sont infinies. Le hasard des rencontres n'existent pas pour moi ! Initiée au 2ème degré, je participais à un rassemblement pour un envoi groupé REIKI et je rencontrais Sébastien. Son regard sur la Vie et la pratique REIKI, son ouverture et sa simplicité ont orienté mon chemin du 3ème degré REIKI vers lui. Et deux années après, c'était une évidence d'approfondir l'apprentissage à ses côtés et de bénéficier de son dévouement enthousiaste à l'enseignement et la transmission REIKI. Le passage de la maîtrise REIKI USUI/TIBET fut d'une grande densité, dans une ouverture extraordinaire du cœur et de la conscience. Un mémorable cheminement à soi avec pour guide l'humble Sébastien.  Gratitude

Sandrine

J'ai consulté Sébastien Thomelin afin de libérer des émotions bloquant mon avancée professionnelle. Son approche de l'enfant intérieur a résonné fortement en moi. Les exercices pratiqués mettent en exergue notre capacité individuelle à être acteur de notre vie. Ce n'est pas une tâche nécessairement aisée cependant Sébastien ne vous 'lâche' pas, avec fermeté et bienveillance il m'a mené à ma propre autonomie et c'est génial !!! Grand merci Sébastien pour votre aide au 'dénouage de ma pelote de laine'.

Karine

Hello, Encore merci Sébastien pour cette très édifiante séance vendredi. Depuis Louis va mieux et j'ai pu avoir une conversation passionnante de 3h avec ma mère. Pleine d'amour. Juste magique ... J'ai l'impression que quelque chose est remis à sa juste place. Merci infiniment.

Caroline

J’ai été accompagnée ainsi que ma famille par Sébastien pour des séances d’auto hypnose et de coaching en mode guérison & clairvoyance. Les séances d’hypnose sont extrêmement puissantes tant Sébastien sait rester à une juste place, sans être intrusif et cela s’avère extrêmement efficace. Sa voix vous accompagne doucement dans une visualisation et aide à se détendre pour visualiser et représenter symboliquement ce qui est à soigner. Ma fille âgée à l’époque de 8 ans était rentrée en mode panique dès qu’elle prenait un bain suite à une baignade en mer où elle s’était retrouvée entourée de poissons. En une séance Sébastien l’a aidée à ôter cette peur. Pour ma part, Sébastien m’accompagne pour des douleurs physiques et émotionnelles. Il m’aide à me positionner, à oser dire non. Il est d’une extrême bienveillance et peut accueillir sans juger.

Arnaud

J'ai rencontré Sébastien sur un salon du bien-être à un moment dans ma vie où je me posais beaucoup de questions sur moi et mon fonctionnement et où j'avais des blocages dans ma vie. J'ai réalisé 2 stages et une séance individuelle avec Sébastien. Il m'a permis de débloquer des schémas de pensée que j'avais et à écouter mes ressentis. Et ainsi j'ai pu avancer, à mon rythme, sur mes blocages. Ceci m'a permis de voir les choses sous un autre angle et donc de pouvoir avancer. Je suis maintenant plus libéré et je peux prendre davantage de recul sur différentes situations. Merci.

Aurore

J'ai fait appel à M. THOMELIN pour gérer une peur - la peur de l'abandon. Avant ce rendez-vous, ma machine à Blabla comme je la nomme (monologue mentale) pompait toute mon énergie. Nos premiers échanges  m'ont permis de me recentrer sur moi et de retrouver une paix intérieure. La rapidité à laquelle j'ai retrouvé ma paix intérieure m'a impressionnée. Cette sensation était très agréable et durable. Cela m'a ensuite permi de prendre de la hauteur, d'oberver cette peur et de m'en détachée progressivement en mettant des mots sur les mécanismes inconscients qui se cahaient derrière elle. M. THOMELIN m'a guidé dans cette démarche avec aisance et bienveillance. Je l'en remercie. Soyez libre de le rencontrer et de faire votre propre avis.

Cédric

Bonjour Sébastien, je souhaitais simplement vous écrire pour vous remercier de ce que vous faites... J'ai eu la chance de découvrir votre site il y a quelques jours et je passe toutes mes après- midi dessus. Nous nous connaissons pas mais pourtant vous m'avez aider à comprendre profondément nos fonctionnements, cela m'a beaucoup éclairé et permis d'avancer... Je suis convaincu que ce genre d'enseignements devraient être dispensés à l'école, pour que tout le monde prenne conscience de ses schémas et qu'on se détache de leur influence pour pas les transmettre aux futurs générations. Avec ma chérie nous attendons une fille pour le mois de mai, et grâce à ces compréhensions nous l'élèverons en prenant conscience de tous ces mécanismes... J'aurais aimé assister à un de vos ateliers ou conférence mais je vis très loin, à la Réunion ! Je vais me contenter de continuer de lire vos articles et suivre votre page facebook... Je vous souhaite une très bonne continuation, et vous remercie encore pour votre généreuse intention de partage vos savoirs pour le bien être de tous... Paix et amour Cédric