Autonome & Solidaire

Libre d'être Soi

Confinement

 

Quand dans ta tête c’est la tempête

C’est qu’il est temps que tu t’arrêtes

Cette agitation est là pour masquer

Une émotion que tu cherches à éviter

Tout ce mouve-ment est là

Pour t’empêcher de faire ce que tu dois

Être en contact avec ce qui n’a pas été écouté

Et qui depuis longtemps cherche à communiquer

Cet être en toi qui a été muselé

Et qui ne demande qu’à émerger

L’enfant spontané plein de joie

Qui “être sage” se doit

L’enfant qui a dû se couper de son essence

Pour assurer sa reconnaissance

Cet abandon de soi pour être en lien

Engendre une tristesse que plus rien de retient

Cette tentative de changer l’extérieur

Pour fuir ce qui s’exprime à l’intérieur

Se trouve finalement stopper

Quant à l’intérieur, je suis enfermé

L’impuissance face à cette situation

L’impuissance, face à cette émotion

Engendre une agitation

Alors qu’elle devrait être compassion

Pour cet enfant intérieur qui n’a pas été écouté

Et qui enfin peut pleinement s’exprimer

Vais-je l’accueillir dans ma vulnérabilité ?

Ou pour pare-être le refuser ?

Vais-je accueillir cette sensation ?

Ou vais-je fuir dans la raison ?

Vais-je choisir cette prison ?

Qui pour l’humanité est un poison

Où vais-je écouter ma sensibilité ?

Qui est la voie de la liberté

Vais-je faire confiance à mon intuition ?

Au risque de pare-être pour un con ?

Car au lieu de vouloir l’expliquer

Pour être accepté par ceux qui sont “sensés”

Je vais simplement exprimer

Ce qui au fond de moi ne fait qu’émerger

Sans chercher à donner de raison

Mais en étant au diapason avec mes sensations

En connexion avec ce qui en moi est vivant

Même si ce n’est pas “bien-pensant”

Vais-je m’abonner ?

Ou vais-je m’aimer ?

M’aimer même si je suis rejeté ?

Même si ma différence n’est pas acceptée ?

Ce qu’on fit ne ment

Et l’impact est grand

Que ça soit pour son intériorité

Ou pour l’humanité

Vais-je confiner ma joie ?

Pour pare-être droit ?

Vais-je cacher mon humanité ?

Vais-je vivre masqué ?

Car derrière je suis enfermé

Et c’est ça qui est en train de s’exprimer

Qu’est-ce que les gens vont penser ?

Comment vais-je faire pour être accepté ?

N’est-ce pas un enfer-me-ment ?

Qui fait que je me mens ?

Pour éviter de ressentir cette émotion de peur

Je cherche à pare-être, bien que ça soit un leurre

Je suis comme le hamster qui court dans la roue

Et ce, même si je suis empêtré dans la boue

Je vais être dans cette course en avant

Pour ne pas ressentir cet enfant

Qui en moi pousse pour exprimer

La joie et la spontanéité

Vais-je le libérer ?

En laissant sa tristesse s’exprimer ?

Ou vais-je la réfréner ?

Et rester confiné ?

Vais-je continuer à croire que la tristesse est censurée ?

Alors que vers la joie elle est la clé !

Cette peur de la tristesse ne fait que m’enfermer

Alors qu’elle est la porte vers ma liberté

Cette peur, comme un virus s’est propagée

Et touchant une grande partie de l’humanité

Me coupant de mon émerveillement d’enfant

Et m’empêchant de vivre le présent

En mettant une barrière face au vivant

Cette barrière appelée raisonne-ment

Ces pensées n’ont pour objet que de panser

Ce qui devrait être écouté

Il y a une coupure entre la sensation et ce qui est exprimé

Et dans mes pensées je me trouve enfermé

Ceci engendre une division intérieure

Qui ne fait que se refléter à l’extérieur

Je cherche à contrôler l’extérieur

Plutôt que de vivre ce qu’il y a à l’intérieur

Cette habitude des pensées continues

Qui m’empêche de me voir à nu

Me fait croire que le silence

Est la mort de mon essence

Or, je ne suis pas né avec la pensée

Car les mots m’ont été inculqués

Et les pensées sont venues se greffer

Sur le silence avec lequel je suis né

Ce qui en moi est en train de s’agiter

Vient de la peur du silence avec lequel je suis né

Et si je veux retrouver mon essence

Je dois cesser ces turbulences

Qui viennent du refus de la tristesse

En m’empêche d’accéder à ma richesse

Ce que je cherche désespérément à l’extérieur

M’attend sagement à l’intérieur

 

Sébastien Thomelin – Accompagnant de l’être

  •  
  •  
  •  

7 réponses à Ce qu’on fit ne ment !

  • Après la lecture de tes articles qui sont d’une richesse et d’un intérêt certains, on découvre ce magnifique poème. Tes textes sont toujours très inspirants et enrichissants. Merci Sébastien pour ces partages.

  • merci pour vos textes, ils me parlent en profondeur. je suis a la recherche de mon enfant intérieur, le chemin est difficile pour le retrouver, cela devrait être pourtant simple.

    • Merci pour ton retour 😉
      C’est difficile d’être son propre dentiste. Et c’est difficile de voir ce qui est inconscient vu que c’est inconscient 😉
      Cheminer et se faire accompagner pour que ses zones d’ombres soient éclairé. Afin que l’enfant soit rencontré.

  • Après la lecture de tes articles qui sont d’une richesse et d’un intérêt certains, on découvre ce magnifique poème. Tes textes sont toujours très inspirants et enrichissants. Merci Sébastien pour ces partages.

  • Bravo pour ce texte magnifique et votre analyse éclairante.
    Vous associez la langue des oiseaux à vos connaissances ce qui fait que tout prend sens
    J’addddooorrrreeee
    Un énorme merci pour tout ce que vous nous apportez

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement "Comment se libérer du regard des autres"

Comment se libérer du regard des autres

Qui partage des clés pour :  

 - Comprendre les mécanismes inconscients 

 - Se libérer du rejet et du jugement

 - Et gagner en pouvoir sur sa vie !